Moonlight, le film trois fois oscarisé vaut-il vraiment le détour?

Moonlight, le film événement nommé huit fois aux oscars dirigé par Barry Jenkins a reçu une pluie de récompenses et de critiques positives ces derniers temps.

De quoi parle Moonlight ?

Moonlight raconte l’histoire de Chiron, un jeune homosexuel Afro-Américain vivant dans un ghetto de Miami dans les années 80, son parcours de l’enfance à la vie adulte. Le film se découpe en trois temps : l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte. Il évoque des sujets forts tels que l’homosexualité, l’intimidation liée à cette orientation sexuelle…


 

De prestigieuses récompenses

Sa première grande récompense est le golden globe du meilleur film dramatique.

La cérémonie des oscars 2017 a mis en avant la diversité. Mahershala Ali est devenu le premier acteur musulman à obtenir l’oscar du meilleur acteur dans un second rôle, pour avoir interprété le rôle de Juan. Dans son discours de remerciements, il a souligné « j’espère que je n’ai pas été nommé parce que je suis noir » mais « pour mon travail ». Et pour cause. Dans les palmarès précédents, on ne voyait que trop peu de diversité dans les récompenses, ce qui soulevait de nombreuses contestations.

Moonlight a reçu l’oscar du meilleur scénario adapté, ainsi que celui du meilleur film, faisant l’objet d’une bourde mémorable lors de la cérémonie. L’équipe de Lalaland alors montée sur scène pour recevoir le prix, fut interrompue par un organisateur de la cérémonie. Il y avait erreur : ce n’était pas Lalaland qui avait gagné l’oscar du meilleur film, mais bien Moonlight, on s’était trompé dans les papiers…

Mon avis : 3/5

Ce qui est sûr, c’est que Moonlight ne sera pas le meilleur film de l’année pour moi. Malgré tout, il demeure un très bon film, qui doit être vu de tous. Les acteurs sont convaincants, interprètent leur rôle avec brio. Mahershala Ali (Juan) est charismatique, dans un jeu sobre, bien qu’il n’apparaisse (trop?) peu de temps dans le film. Les couleurs et les plans sont très agréables à regarder, une vraie esthétique est mise en place (surtout les scènes au bord de l’eau). Les lumières sont éblouissantes, elles renforcent scènes et éléments dans le film. Elles arrivent parfaitement à recréer une ambiance et à nous transporter dans le film.

Malgré tout, j’ai regretté que l’homosexualité, le sujet « phare » du film ne soit pas plus approfondi. Il me semble que ce film survole de trop haut le passage de l’enfance à l’adolescence , rendant l’histoire plate, limite ennuyante lors de la troisième partie.

Enfin, la scène finale est plutôt décevante. Elle laisse le spectateur un peu dans le vide. J’aurais attendu plus d’explications. Pour conclure, je pense que l’oscar du meilleur film n’est pas réellement mérité. Ayant vu Lalaland, j’aurais préféré que ce soit ce film qui le remporte.