Le droit de vote à 16 ans, un projet instable

A l’approche des élections présidentielles de juin 2017, le projet du doit de vote à 16 ans est toujours très partagé au sujet de la maturité.

Le programme visant l’élargissement de la citoyenneté raisonne de plus en plus, autant chez les politiciens que dans les établissements scolaires à la venue des élections présidentielles de 2017.

A l’origine, 18 ans est l’âge de la majorité civile en France depuis la loi du 5 juillet 1974.

Cependant, le sujet qui revient dans chaque conversation est celui de la maturité. Les jeunes sont-ils assez matures pour qu’on leur confie une charge si importante qui joue sur l’avenir de notre pays ?

Monsieur BOUCHOUX et Madame MILLOT, conseillers principaux d’éducation au lycée Jules Renard, travaillant depuis des années pour l’éducation nationale, ont donné leurs avis sur la question. « Cela fait plusieurs années que je travaille pour l’éducation nationale en tant que CPE et j’ai remarqué que chaque année la plupart des anciens collégiens qui entrent au lycée manquent de plus en plus de maturité. » nous a confié monsieur BOUCHOUX. A cela, madame MILLOT a ajouté « Je rejoins mon collègue sur le manque de maturité car à cet âge là, on peut être plus facilement influencé par l’opinion parentale ou autre, sans même savoir de quoi l’on parle.  Mais les jeunes ont une vision différente de celle des plus âgés, il serait donc intéressant que leurs avis interviennent dans les propositions de lois ou de droits qui les concernent. »

Un élève étant en études supérieures et venant d’avoir la majorité explique que même lui qui vient d’avoir la majorité française ne se sent pas prêt à aller voter l’année prochaine ou à avoir des choix politiques à prendre.

Pourtant, d’après l’homme politique Jean-Luc Mélenchon :  « Les jeunes ne feraient pas moins bien que beaucoup d’adultes aujourd’hui. »

En effet, le politicien défend ce programme depuis un certain temps maintenant . Il répond qu’à l’âge de 16 ans, on est libéré de l’obligation scolaire, on peut signer un contrat de travail ou même adhérer à un syndicat. Il ajoute que :  « Ce n’est pas un âge farfelu, c’est un âge plein de capacité ! » .

Cependant, la majorité des français y sont défavorables. Environ 82 % des français sont opposés à cette idée et 36 %des personnes disent avoir été influencé par l’opinion politique de leurs parents. La France compte cette année plus de 2 millions de jeunes âgés de 16 à 17 ans, ce qui augmenterait le nombre de voies considérablement.

En attendant, un référendum organisé par des militants de l’UNL ( Union Nationale Lycéenne) auprès de 57 000 jeunes dans 326 lycées de France. Les résultats annoncés le 25 janvier 2017 indiquent que plus de 62% des lycéens se disent favorables au vote dès 16 ans. Un pourcentage identique à celui de l’abstention chez les 18/25 ans, ce qui semble contradictoire. Et si, au fond, le vrai problème n’était pas tant l’âge que la culture politique?